CD – Braquage, Marie-Flore.

Issue de la scène électro pop française Marie-Flore a pris récemment un virage en signant ses propres compositions en français. En 2014, un EP mélodieux “Passade digitale“ permet d’entrevoir le potentiel de la chanteuse à l’esthétique élégante et aux textes ciselés au cordeau. Avec “Braquage“, premier disque aux sonorités modernes sans être tape à l’œil, aux arrangements mêlant pop sensuelle, électro douce et R&B cotonneuse. La chanteuse sait enchainer les ritournelles aux tonalités­ souvent cruelles, l’amour est ici ausculté au scalpel sans concession. La jeune femme ne semble pas se faire d’illusion, et les titres de ses chansons donnent le tempo de ce spleen (Tout ou rien, Braquage, Pas envie, Casse-toi…). Soudain, “Presqu’île“ semble marquer une pause, une douce transition au mieux de l’album pour envisager d’autres possibles, des espoirs espérés pour renouer, s’aimer, se rabibocher. Un espoir bien léger, incertain et à la beauté fatale. Marie-Flore ou une nouvelle et belle fleur aux chansons douces amères, fragiles et enivrantes.

CD – Braquage, Marie-Flore, 6&7.

Plus de chroniques culturelles sur http://www.christorama.fr